ROLAND REUTENAUER
LIVRES ET POEMES
Revenir aux livres

Dire, avec des mots perdus, que les chemins mènent à l'étang. Dire, parfois, avec les mêmes mots, qu'il n'y a plus d'étang, mais que seuls persistent l'hiver et cette lumière dont les mots nous givrent. Et que derrière la colline, comme chaque printemps, se trament d'immenses marchandages de laine et de fougères. Qu'importe, si plus loin le temps se mesure aux mêmes fièvres lucides.